Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Amour , gloire et ... ARGENT!

Amour , gloire et ... ARGENT!

L'affaire des Cadillac a existé.

Saleun et Legrand en témoignent.

C'était une affaire de grande envergure qui nécessitait des capitaux importants.

Elle n'a pas pu être improvisée.

Quéméneur a expliqué à Saleun qu'il était en contact avec un américain depuis un certain temps.

Tout démontre que c'est lui qui a l'initiative et qu'il y croit très fort.

Le rendez-vous Avenue du Maine a-t-il eu lieu?

Evidemment c'est une autre question.

Le justice a décrété que Quéméneur a été tué sur la route de Paris, même si on ne sait pas où,  ni quand, ni comment.

Ce n'est pas impossible au niveau du mobile à cause de la fatigue et de l'alcool pour une parole de trop au sujet des compétences de Seznec ou à cause d'une allusion à Marie-Jeanne.

On peut aussi envisager qu'arrivé à Houdan Quéméneur se soit découragé.

Les mises en garde de ses amis,

les réticences de son beau-frère,

l'état de la Cadillac,

ont pu faire qu'à Dreux il ait claqué la portière de la voiture et pris le train pour Morlaix.

Morlaix où il serait venu s'expliquer avec Marie-Jeanne.

Discussion orageuse. A cause de problèmes d'argent ou à cause de sentiments... 

J'avoue que je suis dans l'incertitude.

Seznec en époux bafoué qui se fait justice lui même au nom de son propre code moral, ou ami épuisé qui reste dans l'amnésie dissociative après une geste malheureux et néanmoins létal?

Marie-Jeanne en épouse outragée qui a voulu se libérer d'un amoureux transi et entreprenant ?

Marie-Jeanne qui s'est fâchée lorsque de douloureuses questions d'argent sont venues sur le tapis?

Il est beaucoup question d'argent dans les griefs qu'elle exprime aux journalistes à l'encontre de Quéméneur.

"Ah! la canaille. Nous lui aurions donné tout notre argent!"

Argent perdu dans une arnaque et on se fait justice avec des faux ?

Argent perdu à cause de l'homicide et on essaie de récupérer ses fonds?

L'affaire des Cadillac et l'homicide peuvent être séparés.

Toutefois les recherches de Bertrand Vilain concernant la possibilité d'une clientèle russe pour des Cadillacs et les recherches de Skeptikos concernant la BPC nous mettent sur la piste d'une arnaque.

Le fait que Begué, Hélène Petit, François Le Her disent avoir vu Quéméneur à Paris le 26 mai n'est pas à passer à la trappe.

Et surtout le témoignage de Petit Guillaume et de sa famille est capital.

 

 

François Le Her est allé spontanément révéler à la police qu'il a vu Pierre Quéméneur à Paris un samedi de mai. 

Son témoignage a été tourné en dérision. 

Comme, à ce que nous savons, Pierre Quéméneur n'allait pas tous les huit jours à Paris, pourquoi ne pas prendre en considération ce témoignage capital ?

François Le Her a vu Pierre Quéméneur à Paris en mai 23 et Pierre Quéméneur s'est rendu à Paris le 26 mai 1923.

" Le commissaire Vidal envoie un de ses inspecteurs vérifier ce point : "  À la date du 20 mai 1923, il a été relevé par l'inspecteur de police mobile Bonny , sur la main courante du quartier de Chaillot, la relation d'un incident de  voie publique. Rapport par un agent requis à la demande d'un Sieur François Marie, receveur de Tramway,  n° 10720." Le numéro de casquette correspond au receveur Le Herr François-Marie,  n°57792 bis,  n° de casquette 10720. Le 31 mars, sur demande de sa hiérarchie, le procureur de Morlaix, confirme que Pierre Quéméneur était parfaitement bretonnant, ce qui tendrait à confirmer que la conversation qu'il a eue avec Le Her était effectivement en breton. Enfin dans cette même lettre il est dit que Pierre Quéméneur n'a pas fait d'autre voyage à Paris en mai 1923. Ceci va encore dans le sens de la véracité du témoignage de Le Her.

Bernez Rouz 

L'affaire Quéméneur-Seznec, enquête sur un mystère 

éditions Apogée 

p.120-121

 

Extrait du mémoire adressé par Guillaume Seznec à Me Marcel Kahn son défenseur
Extrait du mémoire adressé par Guillaume Seznec à Me Marcel Kahn son défenseur

Extrait du mémoire adressé par Guillaume Seznec à Me Marcel Kahn son défenseur

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marc du Ryez 04/06/2020 15:33

Alfred Bégué a vu Pierre Quéméner à Paris ? Chère madame Jourdan, vous devriez préciser chaque fois que vous insérez des hypothèses et surtout éviter le terme "le fait que" avant celles-ci. Quant à Hélène Petit et François Le Her, ils ne sont pas fiables, mais au moins il est vrai qu'ils ont témoigné en ce sens.

Je crois que vous vous posez de bonnes questions, mais il y a beaucoup trop d'affirmations gratuites sur votre blog qui pourraient induire en erreur des lecteurs qui ne connaissent pas très bien l'affaire et comptent sur vous pour la leur apprendre. J'espère que vous rendrez plus claire la différence dans vos écrits entre les faits et vos suppositions. Il y a à chaque article au moins deux ou trois choses qui me font bondir.

22/06/2020 09:21

C'est un chèque barré que Quéméneur a demandé à Pouliquen. Si Seznec a vu ce télégramme, ce qui n'est pas certain, il savait QU'IL NE POUVAIT PAS LE TOUCHER.

21/06/2020 08:28

Alfred Bègué
Dans un premier temps, Jean Pouliquen a compris des explications que Bègué a donné à lui-même, à Louis Quéméneur, à Delangle que c'est le 26 mai que ce pli a été réclamé. C'est ce qu'il écrit au directeur de la sûreté générale.
Il a fait remarquer à cet employé que le chèque ayant été posté le 26 mai de Pont L'Abbé ne pouvait être arrivé à Paris le 26.
L'employé a dû se poser des questions et revoir ses dates.
Il est invraisemblable qu'il ait dit par DEUX FOIS à son client que le chèque n'était pas arrivé si c'était le 2 juin. Ce chèque était là depuis 5 jours.
Si vraiment c'est Seznec qui s'est présenté le 2 juin c'était peut-être pour s'enquérir des démarches de Quéméneur si il était toujours à Paris. Quatre personnes disent l'avoir vu entre le 26 et le 30 mai : Hélène Petit, François Le Her, Le Berre, Alfred Lajat. On ne les a pas cru mais ils l'ont dit : c'est un FAIT.
Vous imaginez un assassin venir réclamer à la poste un PLI CHARGÉ avec les papiers d'identité de sa victime ?
Vous imaginez un assassin tenter de toucher UN CHÈQUE DE BANQUE, envoyé par un notaire, avec les papiers d'identité de sa victime ?
C'est de la folie.

21/06/2020 06:28

Monsieur du Ryez je reprends le témoignage de toutes ces personnes que l'on n'a pas crues parce qu'elles contredisaient la thèse de la police. Thèse remise en question par le témoignage de Petit Guillaume. On ne peut pas être plus factuel !