Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Dénégation

Église paroissiale de Saint Sauveur dans le Finistère

Église paroissiale de Saint Sauveur dans le Finistère

,La dénégation c'est nier la réalité d'un fait. 

-Nous ne connaissions pas le projet de vente de Traou Nez 

-Nous n'étions pas informés du projet de vente de Cadillac à la Russie soviétique. 

Dénégations de Jean Pouliquen et consorts. 

Le besoin de dire qu'on ne savait pas implique qu'on savait, mais que personne ne doit savoir qu'on savait. 

Pentecôte 23

La famille Quéméneur réunie à Saint Sauveur. 

Et Pierre Quéméneur n'aurait rien dit. 

Le  projet révélé à Saleun le  22 mai et à Legrand le 23 aurait été tu à la famille ?

Ce projet aurait été, d'après certaine, improvisé dans la Panhard de Quéméneur entre Landerneau et Brest. 

En 1 ou 2 h de temps...

Pour les beaux yeux de Seznec, Quéméneur aurait subitement besoin de 150 000fr, contraint son beau-frère à lui rembourser l'argent qu'il lui doit, alors que la veille ils dînaient encore ensemble !

Les dénégations de Pouliquen ressemblent à l'aveu d'un état de fait : pendant les fêtes de Pentecôte Pierre a parlé à la famille de ses projets. 

Projets qui concernent Louis, le régisseur de Traou Nez, et peut-être Jean Pouliquen si il a été invité à investir dans l'affaire. 

Le grand ménage fait dans le bureau de Pierre Quéméneur à la veille de la perquisition, signe la volonté de la famille d'effacer les traces de ces projets. 

Quéméneur avait besoin de 150 000fr. Pourquoi ?

Un redressement fiscal en vue. 

La faillite de Dejaegher qui lui a coûté 72 000fr. 

Cette affaire de Cadillac est une opportunité dans laquelle il met toutes ses billes. 

Plusieurs auteurs ont repéré les manoeuvres de  la  BPC pour impliquer Quéméneur. 

Un poste de Directeur ?

Un poste au Conseil d'administration de  la banque ?

Tout cela nécessitait un apport financier, l'achat d'actions ou quelque chose comme ça.

La BPC s'intéressait au commerce des Cadillac 

Je pense vraiment que nous sommes devant un montage financier à deux volets : investissement à la BPC, retour sur investissement via le commerce des Cadillac avec les Soviets. 

Ça ne plaisait pas à Jean Pouliquen et il avait bien raison. 

Ni à Saleun, ni à Legrand. 

Mais c'est Pierre Quéméneur qui leur en a parlé et personne d'autre !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Myster Lo 03/06/2020 18:40

Je dirais même plus, lorsque Quemener essaie d'emprunter l'argent à la banque, il y va le coeur léger sans s'en faire, il raconte qu'il a déjà l'assurance si cela ne marche pas, d'avoir les dollars de Seznec et au moins 50000 francs de son beau-frère. L'affaire a déjà été discuté, et il ne va demander un emprunt qu'il doute pouvoir obtenir simplement pour répondre aux exigences de son beau-frère qui est trop juste pour avancer l'argent. (ce qui l'obligerait à prendre dans les fonds de l'Etude, une procédure probablement pas très "normale")
Difficile de conjecturer sur la nature de ce que recherchait Maître Pouliquen, probablement pas de l' argent, les reconnaissances de dettes qu'il avait signé, étaient toujours là, il me semble qu'il y avait même des documents liés à l'achat de voitures et à la mise en vente de sa propeiété de Plourivo.
Si les documents recherchés concernaient l'affaire, ils pouvaient soit mettre en cause Maître Pouliquen dans une participation à une affaire ou seulement Quemener dont il fallait protéger au moins la mémoire.

22/06/2020 09:30

Et, oui, je suis d'accord avec vous, Maître Pouliquen a très bien pu être un investisseur dans cette affaire. Il aura cherché à faire disparaître des preuves de ça en faisant le ménage dans les papiers de Quéméneur.

21/06/2020 06:25

À vous aussi Mysterlo, je présente des excuses pour vous répondre si tard. Une erreur de paramétrage de mon compte overblog m'avait empêchée de voir ce commentaire très juste.
Je pense que Pouliquen était au courant de l'affaire des Cadillac et peut-être a-t-il eu des nouvelles de son beau-frère puisqu'il a écrit au Directeur de la sûreté générale qu'il aurait pu se présenter au bureau de poste le 26 mai. Ça ne lui paraissait pas invraisemblable.
Cette affaire de Cadillac ne lui plaisait pas, lui paraissait aventureuse et il n'avait aucune confiance en Seznec dès le départ.
Lorsque la disparition de Quéméneur s'est confirmée l'urgence était de le faire déclarer mort assassiné pour pouvoir régler la succession. Il a fortement orienté la sûreté générale vers le faux en écritures dont il était plus certain que les experts eux-mêmes !