Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Les soupçons de Jean Pouliquen

Les soupçons de Jean Pouliquen

Jean Pouliquen est notaire. 

Il a pu acheter son étude à Pont l'Abbé grâce à un prêt de son beau-frère Pierre Quéméneur. Remboursable moyennant 3 mois de préavis. 

Maître Jean Pouliquen a rédigé un texte récapitulant les événements qui ont entouré la disparition de son beau-frère. 

Ce texte est publié in extenso dans l'ouvrage de Bernez Rouz "l'affaire Quéméneur-Seznec "

20 mai 1923.

Dimanche de la Pentecôte. 

La famille Quéméneur est rassemblée à Saint Sauveur. 

Maître Pouliquen revient à Landerneau au soir du lundi de Pentecôte 21 mai 1923 afin de prendre un train tôt le mardi matin 22.

Au cours du dîner, Guillaume Seznec appelle Pierre Quéméneur. 

Conversation brève. Quéméneur explique que " c'était Seznec de Morlaix qui l'avait appelé pour lui fixer un rendez-vous pour le lendemain matin à Brest "

Jean Pouliquen a une mauvaise opinion de Seznec et s'étonne que son beau-frère fasse des affaires avec un homme aux abois qui a dû lui emprunter 15 000fr pour rembourser une dette. 

Comme on peut supposer que Quéméneur le sait parfaitement on peut en déduire qu'il croyait à cette affaire de Cadillac susceptible de les enrichir tous les deux .

Un remboursement d'emprunt inopiné qui déstabilise la trésorerie du notaire. 

Pour cette affaire avec Seznec Pierre Quéméneur a besoin de 150 000 fr 

Il demande du jour au lendemain à son beau-frère de lui rembourser l'argent prêté. 

Embarras du beau-frère. On s'accorde sur une avance de 60 000fr.

Pour boucler le budget de l'affaire en cours Pierre Quéméneur a dit à Julien Legrand que Seznec  "a vendu ses dollars " et qu'il apporte  40 000fr. 

Bien entendu le notaire s'étonne qu'un homme surendetté apporte subitement 40 000fr. 

Ces 40 000 francs correspondent aux dollars de Marie-Jeanne que le couple a jugé judicieux d'investir dans un montage financier. 

Les dollars-or pour l'acquisition de Traou Nez, ainsi monnayée par Quéméneur qui investit dans d'autres projets. 

Il semblerait que ces projets soient une entrée dans le capital de la Banque Privée Coloniale qui s'intéresse au commerce des  Cadillac. À Quéméneur le poste d'administrateur et à Seznec le commerce des Cadillac. 

Mais le beau-frère notaire  a été tenu à l'écart de ce montage. Il en prend ombrage. Craint pour son argent. Et bien sûr accable Seznec de sa suspicion dès lors que Pierre Quéméneur est porté disparu. 

Les experts graphologues ont peiné à distinguer ce qui est de Quéméneur et  ce qui est de  Seznec dans les inscriptions du carnet de dépenses, mais le notaire reconnaît le faux du premier coup d'oeil. Il en est tellement convaincu qu'il arrive à la Sûreté Générale avec un modèle de signature de son beau-frère dans sa poche. 

Il y a eu des faux. 

Mais les soupçons de Maître Pouliquen ont orienté l'enquête vers le crime crapuleux. 

Et ça, c'est faux !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article