Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Encore une autre histoire possible !

Encore une autre histoire possible !

Un américain à Paris. 

Un américain qui avait un père français. 

Un américain qui a combattu aux côtés des français pendant la guerre de 14/18.

Un américain qui a gardé des relations à Paris. 

Un américain qui a servi à l’ARA à Moscou entre 21 et 23.

Qui est au courant des besoins en véhicules automobiles des partenaires russes de l’ARA. 

Qui a peut-être des accointances avec le milieu du Champ de Mars parisien. 

Un milieu fréquenté par un morlaisien : Alphonse Kerné. 

Peut-être l’ami qui a mis Pierre Quéméneur au parfum de l’annonce de cet américain qui se lance dans les affaires après sa démission de l’ARA.

Le Conseiller Général a présidé des commissions d’attribution lors de la liquidation des stocks.

C’est l’homme de la situation. Il peut être un relais pour un projet de commerce automobile avec la Russie.

L’américain qui a occupé de hautes fonctions et qui est parfaitement à l’aise avec les faux tampons met en confiance le Conseiller général du Finistère.

Dans le réseau probablement un autre ex-GI…Ackermann. 

Des hommes qui parlent français avec un fort accent étranger il y en a plusieurs dans cette histoire. 

Dectot en a rencontré un près de Gambais le soir du 25 mai 1923.

Il a pensé que c’était Seznec. 

À moins que çe soit un américain qui attendait l’équipage Quéméneur Seznec au bord de la N12 après un SOS lancé par Quéméneur depuis le Plat d’Étain à Houdan. 

Pierre Quéméneur personne ne l’aurait revu après ça. 

Quelqu’un se serait présenté avec sa carte d’identité au bureau de poste N° 3 le samedi 2 juin 1923.

Le postier n’a reconnu dans ce personnage ni Pierre Quéméneur ni Guillaume Seznec. 

Alors qui ? 

Cet américain qui donnait ses consignes aux bretons avec des lettres marquées par de faux tampons de la chambre du commerce américaine Paris ?

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article