Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Toujours l'insulte sous la plume

Toujours l'insulte sous la plume

Notre blogueuse ne varie pas. Grand bien lui fasse !

Cela ne change rien à la réalité des faits : Pierre Quéméneur lui-même a parlé de cet américain avec qui il était en pourparlers à Gabriel Saleun son banquier et à Julien Legrand son ami industriel et ancien Maire de Landerneau. 

Bertrand Vilain à obtenu des archives qui prouvent que la police de l'époque n'a pas cherché sérieusement à identifier ce personnage. 

Dire que nul n'a vu Pierre Quéméneur après le 25 mai 1923 au Plat d'Étain est faux puisque le postier du Boulevard Malesherbes a révélé dès le 12 Juin  à Jean Pouliquen que quelqu'un s'est présenté pour réclamer le pli chargé qu'il attendait dès le 26 mai 1923. Ce ne pouvait être que Pierre Quéméneur. François Le Her, Yves-Marie Le Berre,  Alfred Lajat se sont déplacés aux Assises de Quimper pour témoigner l'avoir vu à Paris les 26, 27 et 29 ou 30 mai 1923.

Prétendre que Guillaume Seznec fils à raconté des craques à ses fils pour enquiquiner son neveu est une insulte à sa mémoire.

Quand une critique littéraire torpille un livre qu'elle n'a pas lu je lui dis qu'elle est malhonnête 

Quand une journaliste se permet de porter un jugement de valeur sur une professionnelle qu'elle n'a jamais rencontrée je lui dis qu'elle commet une faute professionnelle. 

J'arrête car il est impossible de se faire entendre par une personnalité de cette sorte qui raille et qui déraille. Ses lecteurs l'ont tous compris et plus personne ne réagit à ses outrances. 

 

Le seul rapport de police concernant la recherche d'identité de l'américain avec qui Pierre Quéméneur avait rendez-vous le 26 mai 1923.

Le seul rapport de police concernant la recherche d'identité de l'américain avec qui Pierre Quéméneur avait rendez-vous le 26 mai 1923.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article