Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Affaire Seznec Discussion

Des experts affirment, Discutons-en

Pierre Quéméneur a-t-il raconté des craques à Gabriel Saleun et à Julien Legrand ?

D'après madame Langellier toujours aussi aimable :oui.

Pour elle c'est Guillaume Seznec qui aurait tout manigancé .

Pour se sortir de sa mouise...

Le Guillaume Seznec, menteur patenté, a raconté tout et n'importe quoi.

Il a toujours essayé de reporter sa faute sur les autres : Ackermann, Cherdy, etc...

Mais....

Mais il n'a jamais cité de Leon George Turrou.

J'attends une preuve écrite que Guillaume Seznec ou Pierre Quémeneur connaissaient bel et bien cet américain-là.

La preuve écrite !!!!

Comme elle y va !

La preuve écrite c'est la déposition de Gabriel Saleun. Pierre Quéméneur  lui a fait la description d'un personnage qui pourrait être Turrou. 

Il n'y a pas d'autre preuve écrite,  il n'y a pas de " je, soussigné Pierre Quéméneur certifie avoir rencontré Léon G. Turrou..."

Qui ne s'est d'ailleurs peut-être pas présenté sous son vrai nom. Mais sous un pseudo : nom de code Charly. 

Ou qui avait un intermédiaire franço-américain du genre Ackermann. Cet américain-là  à travaillé au service des tombes. Il a pu faire la connaissance de Kearney qui transportait les corps des soldats américains dans les dites tombes avant de collaborer à Moscou  avec Léon G.Turrou,  précisément autour du parc automobile de l'ARA. 

Ou alors c'est juste par le jeu des annonces que les deux hommes se seraient rencontrés. C'est ce que dit Pierre Quéméneur à Gabriel Saleun. 

Traiter Seznec de menteur parce qu'on ne veut pas admettre par amour-propre qu'une autre explication est possible est puéril et fatigant. 

Certes Bertrand Vilain est très sûr de sa thèse alors qu'elle n'est qu'une hypothèse. Mais une hypothèse qui mérite d'être considérée. Il la valide en procédant par élimination : il y a-t-il un autre américain qui corresponde au témoignage de Gabriel Saleun ? Non. Donc Turrou est bien cet américain-là. 

 

La Dépêche de Brest 28 mai 1926

La Dépêche de Brest 28 mai 1926

Le raisonnement par l'absurde (ou apagogie) est un raisonnement qui permet de démontrer qu'une affirmation est vraie en montrant que son contraire est faux. Il s'appuie sur la règle logique que : Si "non P" est faux, alors P est vraie.

OIR  n'est dans aucun annuaire de l'époque. 

Pour être crédible cet annonceur devait introduire dans son sigle le mot "Russe." ou "Russie " Voilà pour le R.

Pour faire sérieux l'annonceur américain doit inclure le mot Office. Voilà pour le O.

Quant au I il pourrait se rapporter à Immigration ou plutôt "importation " puisqu'il s'agirait d'importer des voitures en Russie. Ça donnerait Office d'importation vers la Russie. Pourquoi pas? De toutes façons c'est une signature bidon. Ce serait intéressant que l'Equipe fouille dans ses archives. Mais 100 ans après il ne reste certainement que les documents numérisés et pas une information d'arrière boutique  telle que l'identité d'un annonceur.

 

Il y a quatre questions restées sans réponse dans la mise en accusation de Gillaume Seznec 

 

- A qui profite le crime?

-Quelle est l'arme du crime ?

-Quel est le lieu du crime?

-S'agit-il un crime ?

En réalité l'enregistrement de la voix de Petit-Guillaume par son neveu Bernard Le Her est la seule réponse signée à ces quatre questions. 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article